Retour aux articles

Brexit : une relance dans l’immobilier

FacebookLinkedin   
Brexit - Interview

Pour Grégory Marchand, le directeur de Barnes en Suisse romande, cela reste de l’ordre de l’espoir. «Mes collègues à Paris ont eu quelques contacts, mais à Genève, nous n’avons pas été sollicités par des Londoniens.» Le responsable positive néanmoins: «La région a fait ses preuves dans sa capacité à attirer des sociétés.» Et leurs employés avec, donc. Barnes, actif dans l’immobilier haut de gamme – à partir de 2 millions de francs environ – ne va pas rester inactif. Le groupe va mettre en place des actions ponctuelles à Londres, histoire de se montrer à ceux qui seraient tentés par d’autres horizons.

«La stabilité de la Suisse est un vrai atout. Avec ce qu’il vient de se passer, c’est encore plus vrai», poursuit Grégory Marchand. Il ne s’attend pas à un exode massif de citoyens britanniques. Mais les conséquences du Brexit pourraient aider à relancer le marché immobilier lémanique de luxe, qui a perdu quelques couleurs, ces dernières années.

En ce qui concerne les résidences secondaires de montagne en revanche, l’incertitude est complète. «Soit les propriétaires britanniques sont fortement touchés et devront vendre, soit ils conserveront ces biens comme des valeurs refuges», résume Grégory Marchand.

 

Télécharger pdf - Letemps 

 

Source : Letemps

Par Servan Peca, Sébastien Dubas, Dejan Nikolic, Adria Budry

 

Télécharger pdf - TDG

Télécharger pdf - 24 heures