Retour aux articles

Les ultra riches veulent plus d’environnement et de social

FacebookLinkedin   
Etude Barnes Global Property Handbook 

Article dans Tout Immobilier du 05.06.2020

Etude Barnes Global Property Handbook


Pour les investisseurs fortunés, les enjeux sociétaux et environnementaux sont désormais au centre de leur stratégie d’achat. L’immobilier de prestige ne déroge pas à cette règle. Évoluant avec leur temps, ces acheteurs de biens d’exception bousculent les codes du luxe.

La cinquième édition du Barnes Global Property Handbook rend compte de cette tendance chez les High Net Worth (plus d’un million de dollars en plus de leur résidence principale) et Ultra High Net Worth (plus de 30 millions). Bien que durant ces deux derniers mois, les cartes ont été redistribuées, cette étude sur les prévisions et les enjeux du marché du luxe reste une base solide pour appuyer les choix d’investissement. Elle propose une vision exhaustive du marché international et de ses principales composantes.
Plus qu’un investissement, les HNWI et UHNWI exigent à présent un éventail de biens répondant tant à un besoin pratique qu’à des attentes émotionnelles et financières. Deux tendances se mêlent alors, un retour aux valeurs sûres et une notion d’écoresponsabilité. Investir dans la pierre et le patrimoine, oui, mais en restaurant et réhabilitant plutôt qu’en construisant. L’avènement des millennials et de la génération Z n’est pas étranger à cette prise de conscience. Si la proportion de jeunes âgés de 21 à 30 ans est encore faible sur le marché du luxe, ils sont les garants de son avenir et représenteront 50% des acheteurs d’ici 2025. Sensibilisés très jeunes aux dérèglements climatiques, cette dimension est liée à leurs attentes en matière d’immobilier. Comme l’explique Thibault de Saint Vincent, président de BARNES, «nos clients s’inscrivent dans une démarche durable où s’entremêlent vie personnelle et projet entrepreneurial».

Bien que la croissance des Ultra High Net Worth ait ralenti, leur nombre devrait pourtant atteindre 277 360 en 2023, dont 13 849 détenant un patrimoine de plus d’un milliard de dollars. Celui-ci est composé à 6,2 % d’actifs immobiliers haut de gamme, ce pourcentage comprend aussi des yachts et des jets privés. Comme les offres d’exception restent structurellement inférieures à la demande, le nombre de villes et de lieux de villégiature de prestige étant limité, la valeur de ces biens va croître.
L’investissement dans cette classe d’actif devrait donc encore être soutenu à l’avenir. Il restera dans le top 5 des investissements des grandes fortunes ces prochaines années.

La Suisse se positionne chez les HNW et les UHNW

Dans ce contexte, la Suisse conserve sa forte attractivité. Si Zurich se maintient à la 30e place, Genève gagne une place et accède au 26e rang du palmarès des villes les plus recherchées par les High Net Worth.  La Cité de Calvin figure d’ailleurs dans ‘’Les destinations à suivre’’ du BARNES Global Property Handbook. Pour Jérôme Félicité, président de BARNES Suisse, «le parc immobilier genevois est attractif et sa popularité ne cesse d’augmenter. Au-delà de sa stabilité économique et politique, l’offre culturelle et gastronomique haut de gamme s’ajoute à l’équation». Fidèles à leur réputation, les grandes stations des Alpes suisses se hissent également à la 3e place du top 5 des destinations de montagne. Verbier, Gstaad et Crans-Montana continuent d’attirer les UHNW pour leur luxe discret et authentique. Elles offrent des prestations irréprochables autant dans les infrastructures immobilières que dans les services proposés. « Ces destinations alpines suisses ont constamment attiré les familles fortunées tout au long de leur histoire. Avec nos agences installées au cœur de ces destinations, nos courtiers, fins connaisseurs des particularités locales, offrent une approche personnalisée à nos clients. Notre slogan «Tous types de biens, et surtout le vôtre » souligne parfaitement l’importance que notre marque accorde à tous nos clients » ajoute Jérôme Félicité.

Alors que la crise sanitaire va avoir un impact sur les marchés financiers, l’immobilier conservera sa valeur refuge. Durant les tempêtes, son incroyable stabilité en fait un havre de tranquillité.

Lire l'étude